Cette page en :

ARTICLE

Forum ICI 2014 : La Côte d’Ivoire s’ouvre au monde

30 janvier 2014

LES POINTS MARQUANTS
  • Le forum « Investir en Côte d’Ivoire » (ICI 2014) vise à attirer les investissements étrangers dans un pays qui a renoué avec la croissance
  • L’édition 2014 du forum s’intéresse au rôle que peut jouer le secteur privé afin de faire de la Côte d’Ivoire un hub pour la sous-région
  • Le pays s’est fixé pour objectif de rejoindre les rangs des économies émergentes à l’horizon 2020

ABIDJAN, le 30 janvier 2014 — Entre le 29 et le 31 janvier 2014, des investisseurs en provenance des quatre coins de la planète ont afflué sur Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. La ville était en effet le siège du forum « Investir en Côte d’Ivoire « ICI 2014 », conférence réunissant pas moins de 2000 participants (entrepreneurs, hommes d’affaires, représentants des pouvoirs publics et partenaires du développement).

L’objectif de ce forum ? Mobiliser le secteur privé pour soutenir la relance économique du pays alors que la Côte d’Ivoire se relève d’une décennie de crises politiques qui avaient ébranlé les fondements de son tissu économique et social et fait perdre au pays son statut de locomotive de l’Afrique de l’Ouest.

À travers ce forum, le gouvernement ivoirien entend redonner confiance aux investisseurs en partageant avec eux sa vision du développement de la Côte d’Ivoire pour les années à venir.

Dans une tribune publiée sur le site du forum, Alassane Ouattara, le président de la République, affichait l’ambition de son pays en ces termes : « Nous voulons être le hub de la sous-région, la porte d’entrée vers l’Afrique de l’Ouest, un marché de plus de 300 millions d’habitants. La réalisation de cette ambition passe par des partenariats forts et durables avec des opérateurs économiques capables de saisir les opportunités créées par la croissance ».

En 2012, la croissance du PIB avait atteint 9,8% (contre une croissance négative de -4,7% en 2011), et devrait être de 9% en 2013. Le pays vise  une croissance à deux chiffres en 2014-2015. Le gouvernement a fait de l’amélioration du climat des affaires sa priorité. Selon le rapport Doing Business 2014, la Côte d’Ivoire est l’un des pays qui a mis en œuvre le plus de réformes au cours de la période 2012-2-13, afin d’améliorer l’environnement des affaires.

Dans son discours prononcé à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du forum, Makhtar Diop, le vice-président de la région Afrique de la Banque mondiale, a salué les réformes significatives engagées par la Côte d’Ivoire pour soutenir le secteur privé : « Nous le savons tous, le secteur privé est le moteur de la création de richesses et d’emploi », a-t-il affirmé. « Les opportunités en Côte d’Ivoire sont immenses notamment dans le secteur de l’agrobusiness », a-t-il ajouté, en soulignant également que le pays donnait accès à un vaste marché régional compte tenu de sa position géographique centrale.

Des conférences et ateliers, organisés pendant les quatre jours du forum, porteront sur l’agri business, les infrastructures économiques, les partenariats Public-Privé (PPP), la promotion des PME (petites et moyennes entreprises) et les énergies renouvelables. Autant d’opportunités d’investissement offertes par la Côte d’Ivoire et grâce auxquelles le gouvernement espère convaincre les investisseurs de s’installer dans le pays. 

Open Quotes

Nous le savons tous, le secteur privé est le moteur de la création de richesses et d’emploi Close Quotes

Makhtar Diop
Vice-Président de la Banque mondiale pour la région Afrique

Un soutien sans faille de la Banque mondiale

« Le Groupe de la Banque mondiale a soutenu les efforts du gouvernement pour attirer les investisseurs à travers un accompagnement technique mais aussi de nombreux programmes de financement destinés, entre autres, à améliorer le climat des affaires et promouvoir la compétitivité en Côte d'Ivoire», souligne Lorenzo Bertolini, spécialiste principal pour le développement du secteur privé pour la Banque mondiale en Afrique.

Dans le secteur des infrastructures, l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), a octroyé plus de 700 millions de dollars de garanties visant à soutenir 2 milliards de dollars d’investissements directs pour trois grands projets : la construction d’un troisième pont à Abidjan, le renforcement des capacités de production pour la centrale thermique Azito avec l'aide financière de l’IFC et la construction d’une nouvelle plate-forme gazière avec une garantie partielle de l'IDA.

Une attention particulière a été accordée par la Banque mondiale et l’IFC au développement des PME mais aussi à l’amélioration du climat des affaires  via par exemple la création d’un tribunal de commerce, mise en place d’une unité de lutte contre le racket ou encore la réduction des délais de création d’entreprise et d’obtention de permis de construction.

La veille du forum, un airbus 380 d’Air France, le nouveau  super jumbo de la compagnie aérienne, a atterri à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, une première en Afrique francophone : un symbole fort de l’engouement renouvelé du secteur privé pour la Côte d’Ivoire.