Cette page en :

ARTICLE

De nouveaux financements pour doper l'appui international à l'énergie géothermique

18 décembre 2013

Au Kenya, l'énergie géothermique fournit actuellement 13 % de l'électricité du pays et révolutionne les conditions de vie de ses habitants. 

LES POINTS MARQUANTS
  • La géothermie constitue une source potentielle d'électricité abondante, propre et économique pour de nombreux pays en développement.
  • Le développement de la géothermie est freiné par le coût élevé de l'exploration et les risques associés à celle-ci.
  • Un nouveau programme du CTF va inciter le secteur privé à investir dans les forages d'essai pour la géothermie.

L'appui international à l'énergie géothermique dans les pays en développement a fait un grand pas en avant le 28 octobre 2013, lorsque le Fonds pour les technologies propres (CTF) (a), un programme financé par les Fonds d'investissement climatiques (FIC) (a), a approuvé un investissement de 115 millions de dollars dans un programme de développement commercial des énergies renouvelables (a). En premier lieu, ce programme s'attachera à favoriser la participation du secteur privé à la validation des ressources géothermiques par le biais de forages d'essai, qui constituent la première étape, et la plus risquée, du développement de l'énergie géothermique.

Cette proposition de programme a été élaborée par le Programme d'assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP) (a) de la Banque mondiale en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAfD), la Banque asiatique de développement (BAsD) et la Banque interaméricaine de développement (BID). Toutes trois partenaires d'exécution des FIC (7,6 milliards de dollars), ces entités s'efforcent de mobiliser les investissements dans les technologies propres et la résilience climatique dans 48 pays en développement ou à revenu intermédiaire du monde entier

Open Quotes

Bon nombre de pays en développement disposent de ressources géothermiques conséquentes qui pourraient fournir une électricité propre, fiable et économique. Cependant, les forages nécessaires à la validation de ces ressources sont bien trop coûteux pour la plupart de ces pays et bien trop risqués pour les entreprises privées. En répondant à ces deux problèmes, les financements du CTF pourraient permettre de développer considérablement l'exploration géothermique dans ces pays. Close Quotes

Rohit Khanna

Rohit Khanna
Responsable du Programme d'assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP)

Au Kenya, l'énergie géothermique, dont le développement bénéficie de l'appui de la Banque mondiale, fournit actuellement 13 % de l'électricité du pays et révolutionne les conditions de vie de ses habitants.

Ce nouveau programme donne un coup d'accélérateur majeur au Plan mondial de développement de la géothermie (GGDP), qui réunit des donateurs bilatéraux et multilatéraux autour d'un plan d'investissement international visant à accroître l'exploitation de l'énergie géothermique dans les pays en développement. Piloté par l'ESMAP, le GGDP a été lancé par Sri Mulyani Indrawati, directrice générale de la Banque mondiale (a), en mars 2013 à Reykjavik (Islande).

« Bon nombre de pays en développement disposent de ressources géothermiques conséquentes qui pourraient fournir une électricité propre, fiable et économique », a affirmé Rohit Khanna, responsable du programme ESMAP. « Cependant, les forages nécessaires à la validation de ces ressources sont bien trop coûteux pour la plupart de ces pays et bien trop risqués pour les entreprises privées. En répondant à ces deux problèmes, les financements du CTF pourraient permettre de développer considérablement l'exploration géothermique dans ces pays. »

Doté de 115 millions de dollars, ce programme appuiera, dans un premier temps, des projets dans quatre pays pilotes présentant un fort potentiel géothermique : Turquie (a), Chili (a), Mexique (a) et Indonésie (a). Le programme est ouvert à d'autres contributions des donateurs au cours des prochains mois afin d'étendre la couverture à d'autres pays, comme l'Éthiopie (a) et le Kenya (a).

On estime que l'énergie géothermique pourrait permettre à une quarantaine de pays du monde entier de couvrir une part non négligeable de leur besoins en électricité. Avec des investissements suffisants dans les activités de forage et une meilleure connaissance des ressources disponibles, la géothermie pourrait jouer un rôle bien plus important en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Afrique de l'Est et en Asie du Sud-Est ainsi que dans certaines régions d'Europe de l'Est et d'Asie centrale.

Cependant, les forages d'essai nécessaires pour valider la présence de ressources commercialement viables sont extrêmement coûteux : ils atteignent souvent de 15 à 25 millions de dollars par site. Cela représente au moins 10 % des dépenses d'investissement pour chaque nouveau projet géothermique, sans aucune garantie de retour. De plus, il faut généralement trois ans pour que ces forages d'essai donnent suffisamment confiance aux investisseurs pour entamer le développement d'une centrale électrique.

Le nouveau programme du CTF constitue une avancée majeure pour atteindre l'un des objectifs premiers du GGDP : mobiliser 500 millions de dollars en financements concessionnels provenant de diverses sources pour des projets de validation de sites géothermiques prêts à recevoir des investissements. Les partenaires pourront financer des projets selon les modalités de leur choix, notamment en tirant parti des canaux bilatéraux existants et des instruments de financement climatique internationaux, en apportant des fonds supplémentaires à des projets existants, ou en en cofinançant de nouveaux.

L'un des autres principaux objectifs du GGDP consiste à identifier un portefeuille de projets suffisamment conséquent pour pouvoir en tirer des leçons susceptibles de réduire les risques associés au développement géothermique dans le monde entier. L'ESMAP a déjà identifié 36 sites dans 16 pays, et mobilise 5 millions de dollars sur la période 2013-2015 pour identifier et développer un certain nombre d'autres projets de forages d'essai. En outre, ce programme intègrera une composante axée sur les échanges d’expériences Sud-Sud qui aura pour objectif de réunir des pays dotés d'une expérience significative du développement géothermique afin qu'ils partagent leurs connaissances avec ceux qui débutent dans ce domaine.

Les financements du Groupe de la Banque mondiale à l'appui du développement géothermique ont fortement augmenté, passant de 73 millions de dollars en 2007 à 336 millions de dollars en 2012, avec des projets en cours en Indonésie, au Kenya, en Éthiopie, en Turquie, à Djibouti et au Nicaragua. Avec la coalition de pays de plus en plus large que mobilise le GGDP, et les nouveaux financements disponibles par le biais du programme du CTF, le montant de ces engagements devrait s'accroître.

Pour en savoir plus sur le GGDP, contactez le chargé de communication du Programme d'assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP), Nicholas Andrew Keyes (nkeyes@worldbank.org).