Cette page en :

ARTICLE

L’innovation en Pologne : la question à 10 milliards d’euros

20 août 2013

L'innovation, c'est à dire le développement et la commercialisation de produits, procédés et services qui sont nouveaux sur le marché, constitue à la fois un défi et une opportunité pour la Pologne.

Faits marquants
  • Pays à revenu élevé, la Pologne a pris l’engagement de favoriser une croissance des revenus durable pour les 40 % les plus pauvres de sa population.
  • L’innovation est considérée comme un facteur de croissance clé pour la Pologne, qui dispose aujourd’hui de 10 milliards d’euros provenant des fonds structurels de l’UE pour stimuler la recherche à visée commerciale, en particulier dans le secteur privé.
  • En s’appuyant sur les services de conseil remboursables du Groupe de la Banque mondiale, les dirigeants polonais ont fait appel à des experts des quatre coins du monde, du Chili à Israël en passant par le Danemark, pour mettre au point des stratégies et concevoir des programmes qui permettent de mobiliser au mieux ces fonds.

Il y a dix ans à peine, la Pologne intégrait l’Union européenne (UE). Depuis, le pays a appliqué une série de réformes économiques et sociales qui ont transformé son économie et lui ont permis de converger vers les autres États membres à un rythme spectaculaire. Aujourd’hui, bien que la Pologne ait été l’un des rares pays à conserver un essor économique relativement rapide au cours de la crise financière, son économie marque le pas, avec une croissance qui devrait se situer autour de 1 % seulement en 2013.

Tandis qu’elle doit faire face à ce ralentissement, la Pologne continue de mettre en œuvre des initiatives économiques essentielles, dont notamment celles énoncées dans la stratégie Europe 2020, et de s’atteler avec un engagement constant à favoriser une croissance des revenus durable pour les 40 % les plus pauvres de sa population — comme en témoigne la dernière stratégie de partenariat-pays (a) avec le Groupe de la Banque mondiale. Aux yeux des dirigeants, ces efforts présentent un impératif fondamental : ils exigent de la Pologne qu’elle stimule une innovation portée par le secteur privé, et cette nécessité est parmi les plus ardues qui se posent au pays.

En effet, en dépit des efforts déployés ces dernières années sur ce front, la Pologne reste à la traine au niveau des dépenses consacrées à la recherche et développement (R&D). En 2010, les dépenses en R&D atteignaient à peine 0,74 % du produit intérieur brut (PIB), soit moins de la moitié que celle de la République tchèque voisine (1,56 % du PIB). En outre, ce chiffre est très en-deçà de la cible de 3 % prévue par la stratégie Europe 2020 et à peine plus proche de l’objectif de 1,7 % que s’est fixé la Pologne. À présent, avec le soutien des fonds structurels de l’UE (a), le pays s’emploie à prendre des mesures destinées à remédier à cette situation.

Une nouvelle relation de coopération

Afin de renforcer l’innovation, la Pologne s’emploie activement à utiliser de nombreux instruments financiers, à mettre à niveau son infrastructure de recherche et à nouer des partenariats internationaux stratégiques. Avec les quelque 10 milliards d’euros de fonds structurels que l’UE a alloués à l’amélioration du produit de l’innovation, le gouvernement élabore actuellement de nouvelles stratégies pour s’assurer de l’efficacité générale des initiatives nouvelles et en cours. Conscients du fait que les dépenses publiques consacrées par le passé à l’innovation dans le secteur privé n’ont pas eu tous les effets escomptés, les responsables polonais explorent désormais d’autres pistes pour l’utilisation de ces fonds. Dans le cadre de ce processus, le ministère du Développement régional (a) a sollicité les services de conseil remboursables (a) de la Banque mondiale afin d’élaborer un examen des documents stratégiques et opérationnels qui pourront guider la politique d’innovation du pays, au niveau national et régional, jusqu’en 2020, en s’appuyant sur le nouveau concept de « spécialisation intelligente » mis au point par la Commission européenne.

Avec cette nouvelle coopération, les autorités polonaises montrent qu’elles s’engagent à aller au-delà de leurs initiatives précédentes pour sonder de nouvelles possibilités et explorer des champs qui sauront mieux transformer l’innovation dans tout le pays, et au niveau de la région dans son ensemble. Un atelier mené sous l’égide du gouvernement polonais et du Groupe de la Banque mondiale, qui s’est tenu le 28 juin dernier, illustre cette nouvelle direction. Il avait pour objectif de présenter les premiers éléments issus de l’examen des stratégies d’innovation nationale et régionale effectué par la Banque mondiale à la lumière de la « spécialisation intelligente » et d’analyser les instruments spécifiques qui pourraient être mis en application en Pologne pour stimuler l’essor de l’innovation. L’évènement a réuni des représentants officiels et des responsables de plusieurs pays d’Europe mais pas seulement, puisque des pays comme Israël, le Chili et le Danemark y ont participé. En recherchant une expertise qui s’étend au-delà de la région, la Pologne affiche bien ici sa volonté d’envisager l’innovation dans une perspective mondiale, en s’inspirant des meilleurs pratiques pour calibrer ses propres politiques et programmes.

Open Quotes

Bien sûr, une économie comme celle de la Pologne aura encore besoin d’absorption technologique, mais il n’y a aucune raison pour que l’État continue de subventionner l’absorption technologique Close Quotes

Marcin Piatkowski
économiste financier senior à la Banque mondiale et co-auteur d’une étude consacrée au soutien à l’innovation d’entreprise en Pologne

Aller au-delà du rattrapage économique

Développer l’innovation en la mesurant à l’aune mondiale constitue un élément central de la volonté du pays de s’orienter vers une croissance économique durable. Au cours des deux dernières décennies, la trajectoire économique de la Pologne a été guidée par la nécessité de rattraper ses partenaires d’Europe occidentale. Depuis 1989, les revenus de ses 38 millions d’habitants ont plus que doublé en termes réels, ce qui constitue la meilleure performance enregistrée dans toute l’Europe, et le pays a connu, ces dernières années, la croissance la plus rapide parmi les nations d’Europe centrale. La Pologne continue cependant d’accuser un écart de revenu important avec les pays d’Europe de l’Ouest. Afin de combler cet écart et de poursuivre la convergence rapide de son économie, le pays recentre actuellement ses priorités sur la remise en marche du moteur économique et se tourne vers de nouveaux lendemains. Et, dans cette perspective, l’innovation — le développement et la commercialisation de nouveaux produits, processus et services sur le marché — représente à la fois un défi et une opportunité pour la Pologne.

La croissance polonaise sur la dernière décennie a davantage reposé sur l’absorption technologique — l’application de technologies et de processus existants dans un nouvel environnement où leurs implications commerciales ne sont pas totalement connues — que sur la R&D et l’innovation. Aujourd’hui, alors que la crise financière mondiale persiste et que l’économie de la Pologne marque le pas, les responsables politiques doivent regarder au-delà de l’ancien modèle de croissance pour se tourner vers de nouveaux champs d’action qui peuvent permettre de renouer avec les taux de croissance passés.

« Bien sûr, une économie comme celle de la Pologne aura encore besoin d’absorption technologique », explique Marcin Piatkowski, économiste financier senior à la Banque mondiale et co-auteur d’une étude consacrée au soutien à l’innovation d’entreprise en Pologne (a), « mais il n’y a aucune raison pour que l’État continue de subventionner l’absorption technologique ». Selon Natasha Kapil, spécialiste senior du développement du secteur privé, et également co-auteur du rapport, « l’avenir de la Pologne dépendra de sa capacité à faire grandir des entreprises tournées vers l’international et en mesure de placer le pays sur la scène mondiale de l’innovation ». Et d’ajouter « qu’avec le prochain programme d’opérations pour une croissance intelligente dont s’est doté le pays pour la période 2013-2020, les autorités polonaises sont dans une bonne position pour assumer le niveau de risque que requiert un appui de taille aux projets entrepreneuriaux et tirer profit de l’aubaine que constituent ces 10 milliards d’euros ».

Les nouvelles initiatives nées de l’allocation des fonds structurels de l’UE seront basées sur les précédents investissements dans l’innovation (a), qui étaient surtout consacrés à la création d’infrastructure d’innovation et à des projets pilotes. La Pologne recherche à présent des moyens d’encourager l’innovation dans le secteur privé et à dépasser le modèle du passé, en s’engageant dans une transition qui s’efforce de s’affranchir de l’absorption technologique pour s’orienter vers plus de création, de R&D et d’innovation « indigènes ».

Ce nouvel engagement de la Pologne envers un développement de l’innovation axé sur une vision qui va au-delà de ses frontières et de la région européenne, conjugué au renouveau de sa relation stratégique avec le Groupe de la Banque mondiale, montre la volonté du pays d’explorer de nouvelles pistes pour l’innovation et son souhait de relever ses défis. La question est maintenant de savoir si le secteur privé le suivra sur cette voie du futur…