ARTICLE

Des balises de géolocalisation pour une gestion efficace et économique des projets

19 février 2013

Un employé du Ministère de l’Agriculture prend une photo d’un projet routier aux Philippines dans le cadre des activités de géolocalisation pour le Deuxième programme de développement rural de Mindanao (MRDP2). L’organisme gouvernemental a encouragé l’utilisation de la technologie dans la gestion du programme soutenu par la Banque mondiale, lequel est maintenant copié par d’autres organismes et gouvernements locaux. (Regardez le diaporama) (a) 

LES POINTS MARQUANTS
  • Le 2e programme de développement rural de Mindanao fait face à des difficultés relatives à l’accessibilité, la main-d’œuvre, les ressources et la sécurité.
  • La technologie de géolocalisation permet de localiser, de gérer et de valider avec facilité et précision les projets se déroulant dans des régions distantes et en proie à des conflits.
  • Le programme fait appel à une utilisation innovante de la géolocalisation afin d’obtenir une plus grande transparence dans la passation des marchés et la gestion des projets.
MULTIMÉDIA

Si vous utilisez déjà des services de cartographie virtuelle comme ceux de Google pour suivre vos déplacements planétaires, ou si vous avez participé à un projet d’externalisation ouverte pour signaler un pot-de-vin, alors vous savez déjà en quoi consiste le téléchargement de photos et autres informations spécifiques à un lieu. Ce que vous ignorez probablement est que cet outil peut également être utilisé pour le suivi des projets gouvernementaux dans les contrées lointaines.

Les employés du Ministère de l’Agriculture et des gouvernements locaux des Philippines l’ignoraient aussi. « Cela va passer aussi », était le commentaire général et l’état d’esprit prédominant chez la plupart des employés, se rappelle l’ingénieur Arnel de Mesa, quand il lança pour la première fois l’idée en 2010 d’utiliser la géolocalisation pour suivre un projet soutenu par la Banque mondiale.

M. de Mesa est le directeur adjoint de programme pour le Deuxième programme de développement rural de Mindanao, ou MRDP2, en cours de mise en œuvre par le Ministère de l’Agriculture. Grâce à l’implication des gouvernements locaux et des communautés rurales, le projet a été en mesure de relever de 16 % le revenu moyen des ménages des bénéficiaires entre 2007 et 2011.

Aujourd’hui, l’équipe de M. de Mesa mène les efforts visant à former leurs collègues au sein de l’agence et hors du ministère sur l’utilisation des balises de géolocalisation dans le cadre de la gestion de projets. Leur utilisation innovante de la technologie constitue une première parmi les agences gouvernementales des Philippines et fait figure d’idée d’avant-garde dans la région.

M. de Mesa et son équipe ont conduit des expériences avec différents systèmes complexes susceptibles de leur permettre de superviser, de valider et d’évaluer avec efficacité environ 500 sous-projets d’infrastructure rurales : de l’identification, la passation des marchés et la mise en œuvre jusqu’à la phase d’évaluation. M. de Mesa et son équipe basée à Mindanao ont finalement trouvé la réponse dans la technologie de géolocalisation qui, selon lui, a été acceptée ultérieurement par les employés gouvernementaux affectés au programme.

Le processus de géolocalisation consiste à rattacher des informations spécifiques à l’emplacement, comme les coordonnées géographiques, à des images, des vidéos et même des messages SMS. Les utilisateurs ont besoin d’un téléphone avec une fonction GPS et une connexion Internet pour télécharger les multimédias sur une application Internet comme Google, laquelle fournit gratuitement la plate-forme de géolocalisation.

Open Quotes

La beauté de la géolocalisation réside dans le fait qu’il n’est pas nécessaire d’être un ingénieur pour l’apprendre. Tout le monde peut en apprendre les ficelles Close Quotes

Arnel de Mesa
Ingénieur et directeur adjoint de programme pour le 2e programme de développement rural de Mindanao

Aujourd’hui, les membres de son équipe et les gouvernements locaux participants de Mindanao, armés d’appareils photo et de tablettes avec GPS, documentent les différents sites de leur projet en prenant des photos avant, pendant et après la mise en œuvre de celui-ci, que ce soient des ponts, des routes reliant les fermes au marché, des systèmes d’irrigation, des moyens de subsistance, voire des réserves marines grâce à un appareil photo spécial sous-marin. Réticente au premier abord à l’utilisation de la technologie, l’équipe compte maintenant ses nombreux avantages :

  • Économie et sécurité – la technologie permet à l’équipe du projet de valider, de suivre et d’évaluer les progrès effectifs sur le terrain sans avoir à se déplacer dans des lieux ou zones d’accès difficile et présentant un risque élevé de sécurité, économisant ainsi de précieuses ressources en main-d’œuvre, du temps et des efforts.
  • Référence facile – la technologie fournit aux donateurs, aux organismes d’exécution, aux sous-traitants et autres partenaires des informations pratiques au sujet des sous-projets, comme les emplacements, les dates d’opération, les superficies, la distance couverte ainsi que leur situation par rapport à d’autres repères dans la région de façon exacte (consultez www.damrdp.net)
  • Transparence – d’autres informations, comme les appels d’offres pour les projets, sont également disponibles sur les cartes au profit des soumissionnaires éventuels. En même temps, elle permet aux citoyens de mieux suivre le processus d’appel d’offres et de passation des marchés. Les données GPS compilées dans le système attribuent une balise d’identification unique à chaque projet, ce qui évite les doublons et le chevauchement de projets d’infrastructures, éliminant ainsi les projets fictifs et les faux rapports de données.

Programme récompensé

M. de Mesa fut ravi quand la Phase 2 du programme de développement rural de Mindanao a été saluée par l’Autorité pour le développement et l’économie nationale des Philippines pour l’application de la technologie de géolocalisation dans la « résolution de problèmes récurrents lors de la mise en œuvre de projets ». « Nous voulions vraiment montrer que nous agissons pour encourager la bonne gouvernance et la transparence », expliqua-t-il.

Pour M. de Mesa, le « Prix des bonnes pratiques » décerné au programme renforce les efforts de l’administration d’Aquino envers l’éradication de la corruption et l’amélioration de la gouvernance. Bien qu’il s’agissait de la première fois que la technologie était utilisée par un organisme gouvernemental pour promouvoir la transparence dans un projet de développement, ce n’allait pas être la dernière.

Le Ministère de l’Agriculture est déjà enthousiaste à la perspective d’utiliser les balises de géolocalisation pour étoffer sa base de données dans le but de renforcer la planification du développement agricole et des pêcheries.