ARTICLE

L’électrification transforme la vie des Rwandais et accroît les revenus des entreprises

05 février 2013


World Bank Group

LES POINTS MARQUANTS
  • Près d’un million de Rwandais ont été raccordés à l’électricité entre 2009 et 2012.
  • Les réseaux de distribution ont été prolongés de plus de 1 400 km, et les raccordements multipliés par trois.
  • La proportion d’écoles et de centres de santé qui ont accès à l’électricité a augmenté de 70 %.

KIGALI, le 5 février 2013. En 2008, seulement 6 % des 10 millions de Rwandais avaient l’électricité chez eux, et les coupures de courant étaient fréquentes. Les problèmes d’approvisionnement en électricité, qu’il s’agisse du faible taux d’accès ou du manque de fiabilité, avaient des conséquences multiples sur toute la société et l’économie du pays : dans l’enseignement, où les cours d’informatique, par exemple, ne pouvaient pas être dispensés régulièrement ; dans l’agriculture, où les grandes activités d’exportation (café, thé) affichaient une production bien inférieure à leur capacité ; dans le secteur de la santé, où les infrastructures n’étaient pas en mesure d’offrir les services appropriés ; ou encore au niveau des entreprises, qui, contraintes de recourir à des groupes électrogènes de secours, voyaient leur chiffre d’affaires grignoté par les dépenses de carburant.

Nous voici quelques années plus tard. En trois ans, les nouveaux raccordements ont quasiment triplé, pour passer de 110 000 en 2009 à 332 000 en décembre 2012. Ces améliorations ont été rendues possibles par les efforts résolus du gouvernement rwandais et de son programme de déploiement de l’électricité (EARP), et grâce aux financements de la Banque mondiale et d’autres partenaires au développement.

De l’électricité abordable pour les entreprises et les ménages

L’électricité transforme radicalement l’exercice de certaines activités professionnelles. Jean-Claude Habimana, par exemple, est coiffeur. Il vit dans le district de Nyaruguru, dans la Province du Sud. Auparavant, il devait utiliser un groupe électrogène à essence pour alimenter les rasoirs électriques, avoir de la lumière et passer de la musique dans son salon. C’était bruyant, polluant et onéreux. Jean-Claude gagnait 4,75 dollars par jour (3 000 francs du Rwanda), mais en dépensait 3,17 (2 000 RWF) en combustible, soit plus de la moitié de ses recettes. Grâce à l’EARP, ses revenus ont progressé de 30 %, et ses factures d’énergie chuté de 75 %. 

L’accessibilité financière et l’efficacité énergétique sont au cœur des objectifs de l’EARP, sachant que les deux tiers des ménages rwandais habitent à 5 kilomètres du réseau existant et que leur raccordement coûte cher. Aussi les ménages à faible revenu se voient-il proposer des dispositifs de raccordement au réseau électrique permettant d'éviter des travaux de câblage trop coûteux. Ils peuvent également opter pour un paiement échelonné sur douze mois afin de répartir les frais de raccordement. En outre, chaque ménage nouvellement raccordé reçoit gratuitement trois ampoules à économie d’énergie, qui, consommant moins, allègent les factures d’électricité.

« La stratégie énergétique de la Banque mondiale en Afrique s’attache avant tout à soutenir des projets qui font véritablement la différence et permettent d’obtenir des résultats substantiels, explique Lucio Monari, responsable du secteur énergie pour la Région Afrique de la Banque mondiale. Le programme de déploiement de l’électricité au Rwanda a permis de tripler les raccordements en trois ans, ce qui constitue à l’évidence un résultat substantiel, et nos partenaires rwandais ont de quoi être fiers de cette réalisation. »

Raccorder les logements, les écoles et les hôpitaux

L’électricité transforme la vie des familles, modernise les écoles et améliore les services de santé.

« La lumière électrique nous est très utile, à moi-même comme à mes enfants », témoigne Claudette Nyirabazungu, qui vit à Kigombe, dans la Province du Nord. « Et puis c’est tellement plus facile de recharger mon téléphone. Ça simplifie vraiment la vie».

Élève en première année du secondaire, Pascaline Uwizera confirme : « L’électricité, c’est bien pratique ! Maintenant, je peux me servir d’un ordinateur et faire plus facilement mes devoirs le soir».

Avant que l’électricité n’arrive jusqu’au centre de santé de Nyange à Byumba, les accouchements qui se déroulaient après la tombée de la nuit se faisaient souvent dans l’obscurité et sans les équipements nécessaires ; cette situation exposait les mères et les nouveau-nés à des risques considérables. La directrice adjointe du dispensaire, Spéciose Mukabadege, se réjouit des apports de l’électricité : « toutes les machines sont désormais opérationnelles et le laboratoire fonctionne à merveille ».

Le nombre de centres de santé électrifiés est passé de 169 à 286, tandis que celui des écoles raccordées au réseau a augmenté de 70 % (1 226 en 2012, contre 715 en 2009).  

Soutenir l’activité et la compétitivité des entreprises locales

Au-delà de l’amélioration de la qualité de vie des ménages rwandais, l’accès plus aisé et moins coûteux à l’électricité donne un nouveau souffle à l’économie du pays : le raccordement au réseau rend l’énergie électrique plus abordable pour les petites comme les grandes entreprises — du salon de coiffure de Jean-Claude Habimana aux usines de transformation de thé —, les unes comme les autres devenant plus compétitives et prospères.

« Dans 10 des 15 secteurs déjà électrifiés, les activités fleurissent : ateliers de menuiserie, de couture, etc. Dans certaines régions, l’électricité permet aux villageois d’irriguer leurs terres. Elle change radicalement le visage du district », affirme Julius Rukundo, maire adjoint du district de Bugesera, dans la Province de l’Est.

Café et thé sont les principales cultures d’exportation du Rwanda. En abaissant les coûts énergétiques, l’électrification améliore leur compétitivité à l’international. Située dans le district de Nyaruguru (Province du Sud), la fabrique de thé de Mata a divisé sa facture énergétique par plus de deux depuis qu’elle est raccordée au réseau électrique et qu’elle n’est plus obligée de s’approvisionner en diesel, autrement plus coûteux. De même, la station de lavage de café de Maraba a réduit, elle, ses coûts énergétiques de plus de 75 %.

L’EARP, qui devait porter le nombre de raccordements au réseau à 350 000 durant sa première phase (soit d’ici fin 2012), est une composante essentielle de la stratégie de réduction de la pauvreté du Rwanda. « Il est crucial de permettre aux centres productifs d’avoir accès à l’électricité si l’on veut accroître la productivité des entreprises, leur compétitivité et leur capacité à créer des emplois », explique Paul Baringanire, le chef d’équipe du projet à la Banque mondiale. 

L’EARP est financé par un crédit de 70 millions de dollars sans intérêts de l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale, en partenariat avec la Banque africaine de développement, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, la Belgique, l’Union européenne (UE), le Japon, les Pays-Bas, le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) et le Fonds saoudien pour le développement qui ont, au total, mobilisé 348,2 millions de dollars pour ce programme.


Api
Api