publication
Yémen : rapport de suivi de la situation économique (avril 2017)


Le conflit au Yémen a considérablement détérioré la situation économique et sociale dans le pays. La forte contraction de la production fait pression à la baisse sur les revenus des ménages. D’importantes institutions comme la banque centrale sont devenues dysfonctionnelles vers la fin de 2016. Les Yéménites sont confrontés à une situation humanitaire catastrophique, subissent des déplacements massifs et assistent à la destruction d’infrastructures cruciales. L’ONU a récemment lancé un appel humanitaire (2,1 milliards de dollars) pour aider les 8 millions de Yéménites qui souffrent d’une insécurité alimentaire grandissante.

Il n’est plus possible d’obtenir de statistiques officielles. Les données recueillies indiquent toutefois que le PIB du Yémen s’est contracté d’environ 40 %, sur une base cumulée, depuis 2015.

Les perspectives économiques et sociales pour 2017 et les années suivantes dépendront fondamentalement de la rapidité avec laquelle il sera possible d’améliorer la situation politique et sécuritaire et, en fin de compte, de mettre un terme au conflit actuel pour pouvoir reconstruire l’économie, les capacités de production et le tissu social du Yémen. Selon les estimations effectuées dans l’hypothèse d’un rétablissement de la paix d’ici le milieu de 2017, le déficit budgétaire pourrait être réduit de moitié et ramené à 6 % du PIB. Les financements extérieurs pourraient reprendre au deuxième semestre de l’année (l’aide d’urgence pouvant atteindre 4 % du PIB). Il serait aussi possible de recommencer à collecter des recettes fiscales par suite de la reprise de la production d’hydrocarbures ; les recettes tirées des impôts frappant ces produits pourraient représenter environ 6 % du PIB et tenir, pour deux tiers, à l’augmentation de la consommation énergétique intérieure. Les recettes fiscales hors hydrocarbures devraient, selon les estimations, atteindre environ 8 % du PIB dans ce scénario.