publication 11 octobre 2017

Émirats arabes unis : rapport de suivi de la situation économique (octobre 2017)

La croissance non pétrolière devrait demeurer résiliente en 2017, tandis que la réduction de la production de pétrole décidée par l’OPEP limite la croissance du secteur. Toutefois, à moyen terme, des prix du pétrole plus fermes, un rebond du commerce mondial et un assouplissement des mesures d’assainissement des finances publiques devraient renforcer l’activité économique, d’autant plus que les investissements augmentent en prélude à l’Expo 2020 de Dubaï. Ce rebond est exposé à plusieurs risques de détérioration, à commencer par la baisse des cours du pétrole et le durcissement des conditions financières au niveau mondial.

La croissance globale du PIB réel devrait encore être modérée, à 1,4% en 2017, en baisse par rapport à 3 % en 2016. La croissance du PIB lié aux hydrocarbures devrait se contracter de 2,9 % en 2017 par rapport à 3,8 % en 2016, conformément à l’accord de l’OPEP sur la réduction de l’offre. Le secteur non pétrolier devrait progresser de 3,3 % en 2017, ce qui reflète l’augmentation de l’investissement public et la reprise du commerce mondial. Le taux moyen d’inflation a légèrement augmenté pour s’établir à 2,2 % en 2017, contre 1,6 % en 2016, ce qui correspond en partie aux ajustements des prix des services publics et de l’essence et à une hausse de l’inflation importée, en plus d’un accroissement de l’activité. L’excédent du compte courant devrait s’améliorer et s’établir à 2,6 % du PIB cette année, du fait principalement de l’augmentation des exportations non pétrolières.

Au-delà de 2017, la croissance globale du PIB devrait se situer à plus de 3 % à moyen terme. La croissance du secteur non pétrolier devrait rebondir alors que : i) la hausse attendue des prix du pétrole et ses effets positifs sur la confiance et la situation budgétaire atténuent l’impact des mesures de rationalisation du budget ; et ii) la mise en œuvre de mégaprojets s’accélère en préparation de l’accueil par Dubaï de l’Expo 2020 — qui devrait attirer de nombreux visiteurs, stimulant la consommation privée et les exportations de services. La croissance du PIB pétrolier réel devrait se redresser en 2018 et continuer à s’améliorer à moyen terme. La TVA ne devrait pas affecter de manière significative la croissance, mais elle va permettre d’augmenter les revenus de 1 % du PIB (selon le ministre de l’Économie).


Api
Api