publication 11 octobre 2017

Oman : rapport de suivi de la situation économique (octobre 2017)

La faiblesse persistante des cours du pétrole et l’austérité budgétaire, ajoutées aux réductions de la production pétrolière dans le cadre de l’OPEP en 2017, continuent de peser sur l’économie omanaise. Le déficit budgétaire et le déficit du compte courant restent importants, et Oman ayant de plus en plus recours à des emprunts extérieurs pour les financer, la dette publique grimpe rapidement. Toutefois, la croissance devrait augmenter à moyen terme suite à une augmentation de la production de pétrole et de gaz et aux gains attendus dans le secteur non pétrolier résultant du plan de diversification économique du gouvernement.

La croissance à Oman continue d’être freinée cette année par la baisse de la production pétrolière ainsi que celle de la consommation et de l’investissement. La croissance du PIB réel devrait être ramenée de 2,8 % en 2016 à 0,1 % en 2017. Les niveaux record de production de pétrole (1 million de barils par jour) ont tiré la croissance globale en 2015 et en 2016. En 2017, Oman a rejoint la plupart des pays non-membres de l’OPEP pour participer à la réduction de la production pétrolière, ce qui a entraîné une contraction du secteur des hydrocarbures de 2,8 %. Selon les estimations, la croissance du PIB hors hydrocarbures devrait poursuivre son ralentissement à 2,5 % en 2017, contre 3,4 % en 2016, en raison de la baisse des dépenses publiques et de ses répercussions sur la consommation et l’investissement. Selon l’enquête nationale sur la confiance des consommateurs, l’indice de confiance a décliné à 78,8 % en 2016, parti de 95,3 % en 2015.


Api
Api