Du 17 au 21 avril : Suivezles webconférences internationales des Réunions de printemps.Voir le programme

publication
Djibouti : rapport de suivi de la situation économique (octobre 2016)


La croissance économique demeure forte en 2016, principalement alimentée par les activités portuaires et les transports. Malgré l'amélioration de la situation budgétaire et extérieure par rapport à 2015, les risques relatifs à la dette et à la viabilité budgétaire sont toujours présents. Avec plus d'un cinquième de la population au chômage, il est essentiel de mettre en place des réformes incitant la croissance à s'ouvrir à la création d'emplois. Le système statistique a besoin d'être renforcé pour un suivi pour un suivi plus précis.

Perspectives

Les perspectives à moyen terme demeurent favorables, avec l'attente d'une génération de revenus par les investissements de capitaux en cours et du loyer des bases militaires étrangères. La croissance pourrait atteindre 7 % dans la période 2017-2019, avant de ralentir à 6 % en 2020. La situation budgétaire devrait s'améliorer graduellement, pour terminer en dessous de 10 % en 2017-2018, sur le principe que les investissements actuels généreront de nouvelles capacités de production et d'exportation, que ces dépenses seront rationalisées, et que les réformes budgétaires pour augmenter les revenus et réduire les subventions sur les carburants sont appliquées de façon efficace. Le déficit du compte courant devrait baisser à 14,5 % du PIB en 2018, avec une hausse graduelle des exportations, et un fléchissement des importations relatif à la construction en raison de la complétion imminente des projets d'infrastructures. Les apports des IDE et les transferts de capitaux devraient continuer à financer le déficit. Les réserves devraient continuer de garantir une masse monétaire suffisante et plus de quatre mois de couverture des importations, permettant ainsi le maintien du taux de change à 177,72 francs djiboutiens pour 1 dollar US. L'inflation devrait se stabiliser autour de 3,5 % en 2017-2018, en raison de la robustesse du secteur de l'immobilier et de celui des services.

La croissance se reposant principalement sur les investissements dans les infrastructures, son impact sur la création d'emplois et la réduction de la pauvreté devrait être limité. Le gouvernement est en train de mettre en place un programme pour encourager les opportunités d'emploi, améliorer les pratiques nutritionnelles, et fournir des transferts financiers pour réduire la pauvreté parmi les groupes les plus défavorisés.

L'harmonisation politique et l'unité sociale sont primordiales pour assurer la stabilité sociopolitique du pays. Pour garantir une stabilité macro-économique, le gouvernement devra engager des réformes pour rationaliser les dépenses, et mettre en place des réformes budgétaires pour améliorer l'environnement commercial et augmenter la mobilisation des ressources nationales. Des réformes du marché du travail pour mieux accorder l'offre et la demande d'emploi, et une diversification économique vers l'industrie légère et le secteur agricole avec un potentiel pour la création d'emplois sont indispensables à la résolution des problèmes grandissants de chômage et de pauvreté du pays. 

Télécharger le rapport