Canada - Vue d'ensemble

  • Le Canada est un modèle de stabilité, de prospérité durable et d’intégration économique pour le reste du monde, et il promeut ces idéaux dans le cadre des solides relations de partenariat qu’il entretient de longue date avec le Groupe de la Banque mondiale. Depuis 1945, le Canada collabore avec le Groupe de Banque mondiale, de même qu’avec d’autres États membres, pour financer des projets, élaborer des politiques et mettre en œuvre des programmes dans le but de mettre fin à la pauvreté et d’instaurer un monde fondé sur les principes du développement durable.

    Le fait de compter parmi ses membres de premier plan un pays qui a toujours été un ferme défenseur du multilatéralisme est un atout pour le Groupe de la Banque mondiale. Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la politique étrangère du Canada a en effet été marquée par la promotion d’un ordre international fondé sur le multilatéralisme.

    En s’engageant au sein de la principale institution multilatérale de financement du développement, le Canada peut décupler non seulement l’impact de ses ressources, mais aussi mieux mobiliser ses connaissances et ses capacités au service de la lutte contre la pauvreté et du développement durable dans le monde. Pour sa part, le Groupe de la Banque mondiale considère le Canada comme un important bailleur de fonds et un partenaire indéfectible dans la poursuite de ses objectifs, qui sont aujourd’hui plus que jamais centrés sur la réduction de la pauvreté dans les pays en développement.

    L’un des membres fondateurs de la Banque mondiale, le Canada exerce une forte influence sur ses priorités en matière de développement. Plus de 60 % de l‘aide publique au développement versée par le Canada aux institutions financières internationales vont au Groupe de la Banque mondiale.

    Dernière mise à jour: 10 mars 2016

  • Le Canada soutient fermement l’action menée par la communauté internationale pour réduire la pauvreté et promouvoir la prospérité partagée en assurant une croissance économique et un développement solidaires et durables. Plus de la moitié de son aide publique au développement est acheminée par le biais d’institutions multilatérales comme la Banque mondiale qui forgent un consensus autour de causes communes telles que le développement socioéconomique, les crises humanitaires et les problèmes de sécurité.

    Dans le cadre de son partenariat étroit avec le Canada, le Groupe de la Banque mondiale a fourni une aide importante à des pays vulnérables comme l’Afghanistan et Haïti. Le Canada soutient les efforts déployés par le Groupe de la Banque mondiale pour réduire l’instabilité, améliorer la sécurité, promouvoir la santé et protéger l’environnement à travers le monde.

    Le Canada est l’un des principaux membres, et un précieux partenaire, de l’Association internationale de développement (IDA), qui est le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres. Le succès d'IDA17 (la dix-septième reconstitution des ressources de l'IDA) n'aurait pas été possible sans le soutien du Canada. Pour IDA17, le Canada a été le 6ème principal pays contributeur de l'IDA sur la base de l'équivalent subvention.

    Les priorités de l'aide stratégique du Canada se reflètent fortement dans ses contributions aux fonds fiduciaires administrés par la Banque mondiale. En outre, sur les années fiscales 2010 à 2014, le Canada a contribué aux financements de programmes tels que le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le Fonds pour l’environnement mondial et le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale.

     

    Dernière mise à jour: 10 mars 2016

  • Gouverneur

    Le ministre canadien des Finances, Bill Morneau, représente le Canada au Conseil des Gouverneurs de la Banque mondiale et est chargé à ce titre de gérer les intérêts canadiens auprès de l’institution. Il exerce son influence dans le cadre d’échanges de vues avec les autres gouverneurs à l’occasion des Assemblées annuelles et des Réunions de printemps du Conseil des Gouverneurs et du Comité du développement, et dans le cadre d’entretiens directs avec le président de la Banque mondiale. Paul Rochon, sous-ministre du Développement international au sein du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement, exerce les fonctions de gouverneur suppléant pour le Canada.

    Administrateur

    Le Gouverneur délègue la gestion quotidienne des intérêts canadiens auprès de la Banque mondiale à l’Administrateur pour le Canada (a). Les Administrateurs résident à Washington et se réunissent régulièrement tout au long de l’année (en principe au moins deux fois par semaine) pour examiner et approuver les opérations de prêt, les nouvelles orientations et les questions financières. Conformément à la politique d’information de la Banque mondiale, le calendrier du Conseil des Administrateurs (a) est un document public.

    Au sein du Conseil, le Canada est chargé de représenter ses propres intérêts ainsi que ceux de l’Irlande et de onze autres pays membres du Commonwealth. Son administrateur est élu au Conseil par les gouvernements du Canada, de l’Irlande et des pays de la région des Caraïbes (Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les Grenadines).

    L’Administrateur pour le Canada est secondé par un administrateur suppléant d’un pays caraïbe membre du groupe qu’il représente.

    Le ministère canadien des Finances coordonne les contributions du ministère des Affaires mondiales, et transmet à la haute direction de la Banque mondiale, par l’intermédiaire de l’Administrateur pour le Canada, une opinion cohérente sur l’action à mener.

    Parts de capital et droits de vote

    Le Groupe de la Banque mondiale dispose d’un système de vote pondéré (a). Les droits de vote attribués à ces membres se composent de voix de souscription (à raison d’une voix pour chaque part de capital détenue) et de voix de base (pour chaque membre, le calcul du nombre de voix de base résulte d’une distribution uniforme à tous les États membres de 5,55 % du nombre total de voix). La répartition des voix attribuées varie d’une institution à l’autre au sein du Groupe de la Banque mondiale. Pour en savoir plus sur les pouvoirs de vote du Canada, visitez la page Pouvoirs de vote (a).

     

    Dernière mise à jour: 10 mars 2016



Autres ressources:

Coordonnées


1818 H St. NW, Washington, D.C. 20433
États-Unis
 
info_canada@worldbankgroup.org