publication
Le partage de la prospérité au centre de la nouvelle stratégie du Groupe de la Banque mondiale pour le Cameroun
Dernier numéro: 
  • 2017–2020


Image

LES POINTS MARQUANTS
  • Le soutien du Groupe de la Banque mondiale au Cameroun au cours des cinq prochaines années contribuera à l’objectif stratégique de réduction de la pauvreté poursuivi par les autorités.
  • Le nouveau Cadre de partenariat a pour objectif principal d’assurer un meilleur partage de la prospérité entre tous les Camerounais.
  • Plus généralement, il prévoit des axes d’intervention pour aider le Cameroun à atteindre les Objectifs de développement durable et respecter ses engagements dans la lutte contre le changement climatique.

Le Cameroun et le Groupe de la Banque mondiale ont scellé une nouvelle stratégie de collaboration pour les cinq prochaines années (2017-2021). Ce nouveau « Cadre de partenariat », qui repose sur les priorités de développement des autorités, définit les principaux axes du soutien du Groupe, sur le plan financier, mais aussi technique et analytique. Son élaboration a donné lieu à un large processus de consultation auprès de la population camerounaise, de la société civile, du secteur privé, des bailleurs de fonds internationaux et d’autres acteurs du développement économique.

Un Cadre de partenariat axé sur trois domaines        

L’assistance financière et technique du Groupe de la Banque mondiale au Cameroun portera principalement sur les domaines suivants :

  • la lutte contre la pauvreté dans les zones rurales, en particulier dans les régions septentrionales, où la faiblesse du développement humain limite la capacité des populations à surmonter les chocs de nature économique, environnementale et politique ou sécuritaire (conflits) ;
  • le développement des infrastructures et du secteur privé, en mettant l’accent sur l’énergie et le transport, l’environnement des affaires, les services financiers et la qualité de la main-d’œuvre, sachant que tous ces points sont systématiquement cités par le secteur privé comme étant les principaux obstacles à sa croissance ; 
  • la bonne gouvernance, parce que des institutions défaillantes sapent les efforts entrepris pour promouvoir une prospérité partagée et réduire la pauvreté. Il s’agit ici d’accroître l’efficacité des dépenses de l’État et des services publics, d’améliorer la réglementation dans des secteurs clés et d’associer davantage les citoyens à la fourniture des services.

Le portefeuille de la Banque mondiale au Cameroun comprend actuellement deux opérations de la BIRD et 13 projets financés par l’IDA, pour un montant total de 1,4 milliard de dollars. Le portefeuille d’IFC se chiffre à 404 millions de dollars répartis dans 14 investissements. Les garanties de la MIGA couvrent actuellement trois projets, pour des engagements bruts de 265 millions de dollars.


Image

Cadre de partenariat avec le Cameroun, 2017-2021 : domaines díntervention & objectifs