Asie du Sud

Image
La région de l’Asie du Sud continue d’afficher la croissance la plus dynamique même si les entrées de capitaux ont diminué, que l’inflation a progressé et que les envois de fonds depuis les pays exportateurs de pétrole ont commencé à se contracter. La croissance économique a atteint 7 % en 2015, en hausse par rapport aux 6,8 % de 2014, et devrait s’accélérer pour passer à 7,1 % en 2016 et à 7,2 % en 2017. La croissance a été particulièrement forte en Inde, pays qui reste en tête des grandes économies de marché émergentes par ses résultats.

Cette croissance soutenue s’est traduite par un recul de la pauvreté et des progrès remarquables sur le plan du développement humain. Le pourcentage de population ayant moins de 1,90 dollar par jour pour vivre était estimé à 18,8 % en 2012. Des centaines de millions d’habitants vivent encore juste au-dessus du seuil de pauvreté ; cependant, plus de 200 millions vivent dans des taudis et environ 500 millions n’ont pas l’électricité. En outre, de nombreux pays de la région sont marqués par des formes extrêmes d’exclusion sociale et de graves pénuries d’infrastructures, et l’on assiste à une accentuation des inégalités dans les pays de grande taille. Le développement dans la région est essentiel pour atteindre les objectifs définis à l’échelle mondiale en matière de pauvreté et de prospérité.

L’aide de la Banque mondiale

La Banque a mené 37 projets pour un montant total de 8,4 milliards de dollars sur l’exercice 16, comprenant 3,6 milliards de dollars de prêts de la BIRD et 4,7 milliards de dollars d’engagements de l’IDA, dont 100 millions de dollars du Mécanisme de financement complémentaire de l’IDA. Les prêts ont porté sur des opérations qui ont un réel impact, à l’instar de l’Opération d’appui à la mission Swachh Bharat d’un montant de 1,5 milliard de dollars qui vise à mettre fin à la défécation à l’air libre en Inde ; d’une enveloppe de 920 millions de dollars de financement de l’IDA et de la BIRD destinée à promouvoir la compétitivité et les réformes structurelles au Pakistan ; du Projet de transports fluviaux régionaux au Bangladesh pour un montant de 360 millions de dollars ; et du Projet de liaisons routières trans-Hindou Kouch en Afghanistan représentant un montant de 250 millions de dollars. La Banque a également assuré 166 services d’analyse et de conseil et approuvé 10 grandes opérations de fonds fiduciaires exécutés par les bénéficiaires, dont 500 millions de dollars ont été affectés à l’Afghanistan.

Miser sur les moteurs d’une croissance durable

L’Asie du Sud doit maintenir un taux de croissance viable supérieur à 7 % par an si elle veut atteindre ses objectifs à l’horizon 2030. Pour l’y aider, la Banque a axé sa stratégie régionale sur le développement du secteur privé (en privilégiant les infrastructures, la création d’emplois et l’urbanisation) ; l’inclusion sociale et financière (en mettant l’accent sur la participation à la vie active et l’égalité des sexes) ; la gouvernance et la sécurité ; et l’amélioration de la coopération régionale. Le Projet de liaisons routières trans-Hindou Kouch en Afghanistan, le Projet de développement transformateur du Bihar en Inde et le Crédit à l’appui des politiques de développement pour la réforme du secteur de l’électricité au Pakistan sont des exemples d’opérations rattachées à ces axes d’intervention.

Adopter un nouveau Plan d’action régional pour la parité des genres

Durant l’exercice écoulé, la Banque a adopté un nouveau Plan d’action régional pour la parité des genres en Asie du Sud, qui couvre les exercices 16 à 20. Ce plan place au rang de priorités l’élimination des inégalités entre les genres et l’amélioration du capital humain dans la région, la stimulation de l’autonomisation économique et le renforcement des moyens d’expression et d’action des femmes. Il s’articule autour de plusieurs grands axes, à savoir l’augmentation du taux d’activité féminin, la création d’un plus grand nombre d’emplois plus qualifiés pour les femmes, et un plus large accès des femmes aux services financiers, au commerce et à l’entreprise privée. En Inde, le Projet de développement transformateur du Bihar, d’un montant de 290 millions de dollars, permettra de mobiliser les femmes des ménages les plus démunis afin de les rassembler en groupes d’entraide et en fédérations, pour qu’elles puissent avoir accès à des crédits sur le marché formel, s’intégrer à des groupements de producteurs agricoles et accroître l’épargne des ménages.

Faire face au changement climatique à l’échelle mondiale

L’Asie du Sud reçoit plus de 33 % des prêts de la Banque ciblés sur le changement climatique, et 40 % de ceux portant sur la gestion des risques de catastrophe naturelle. À titre d’exemple, un Projet régional de services météorologiques et climatiques d’un montant de 113 millions de dollars a pour but de rendre le Bangladesh capable d’assurer des services d’information fiables dans le domaine de la météorologie, de l’hydrologie et de la climatologie en renforçant le suivi et les prévisions hydrométéorologiques et en améliorant les systèmes d’alerte précoce. L’aide de la Banque permettra de renforcer les services agro-météorologiques fournis aux agriculteurs afin d’accroître leur productivité et de les aider à faire face aux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes.

Soutenir l’emploi et améliorer la gouvernance et la sécurité

Le Programme pour les résultats axé sur l’emploi et la compétitivité au Pendjab lancé au Pakistan, d’un montant de 100 millions de dollars, vise à améliorer l’environnement des affaires et à soutenir des pôles industriels à fort potentiel dans cette région. Le Projet de relèvement d’urgence pour les personnes des zones tribales en situation de déplacement temporaire, d’un montant de 75 millions de dollars, s’emploie à aider les familles touchées par la crise sécuritaire dans ces zones, à promouvoir la santé des enfants et à renforcer les dispositifs de protection sociale d’urgence. Le Second Projet de réforme de la gestion des finances publiques, d’un montant de 41 millions de dollars, permet de renforcer les systèmes de passation de marchés, de trésorerie et d’audit de l’Afghanistan.

Produire des connaissances de pointe

La Banque a publié plusieurs rapports importants au cours de l’exercice écoulé. Le premier, intitulé Leveraging Urbanization in South Asia: Managing Spatial Transformation for Prosperity and Livability, montre que le manque de logements, d’infrastructures et de services urbains élémentaires, ainsi que l’incapacité à gérer la pollution, empêchent les villes de la région de retirer tous les bénéfices de l’agglomération. Le second, Stitches to Riches? Apparel Employment, Trade, and Economic Development in South Asia, analyse le potentiel d’expansion et d’amélioration des emplois dans le secteur à forte intensité de main-d’œuvre de l’habillement.

La Banque a organisé un forum d’échanges de savoirs Sud-Sud à Beijing en novembre 2015. Des délégations de toute l’Asie du Sud ont fait part des enseignements tirés du Programme Benazir d’aide aux revenus du Pakistan et du programme Manoshi de l’organisation BRAC ciblé sur la santé maternelle, infantile et juvénile, qui a été mis en œuvre dans les bidonvilles du Bangladesh. Des échanges intenses ont également été consacrés au secteur de l’énergie.

Plus d’informations : Page d’accueil de la Région Asie du Sud de la Banque mondiale (a) »

Améliorer les liaisons routières en Afghanistan

L’Afghanistan pâtit d’une insuffisance criante d’infrastructures de transport, tant sur le plan de l’existence de routes que de leur accessibilité. La longueur totale du réseau routier afghan est d’environ 123 000 kilomètres, mais près de 80 % des routes ne sont pas praticables en toute saison. Par ailleurs, environ 63 % de la population vit à plus de deux kilomètres d’une route praticable en toute saison. Cette situation entraîne l’isolement relatif de certaines parties du pays et a un impact négatif sur l’intégration et le commerce régional et intérieur. Plus de 90 % du fret et près de 85 % du trafic de voyageurs interurbain du pays se font par la route.

Pour aider la région à réaliser son potentiel de développement et atténuer ces problèmes de transport, le Projet de liaisons routières trans-Hindou Kouch, d’un montant de 250 millions de dollars, contribue à transformer des routes de montagne existantes en voies sûres, carrossables toute l’année. Actuellement, il n’existe que deux passages pour les véhicules voulant traverser les montagnes de l’Hindou Kouch : la route de Salang, empruntée par l’essentiel du trafic, et une route secondaire non revêtue qui traverse les montagnes entre Baghlan et Bamiyan. Le projet prévoit la réalisation de travaux de génie civil destinés à revêtir la route Baghlan-Bamiyan sur 152 kilomètres et à rénover

87 kilomètres de la route et du tunnel de Salang. Ces travaux permettront aux voyageurs et aux marchandises de traverser la chaîne de l’Hindou Kouch toute l’année — une nécessité vitale pour la région. 

ENGAGEMENTS ET DÉCAISSEMENTS RÉGIONAUX POUR LES EXERCICES 14-16

  ENGAGEMENTS (MILLIONS DE DOLLARS) DÉCAISSEMENTS (MILLIONS DE DOLLARS)
  Ex. 14 Ex. 15 Ex. 16 Ex. 14 Ex. 15 Ex. 16
BIRD   2 077   2 098   3 640   1 165
  1 266   1 623
IDA   8 458   5 762   4 723   4 271   3 919   4 462
Note : Portefeuille de projets en cours d’exécution au 30 juin 2016 : 48,5 milliards de dollars.

 


Image

Image

INDICATEUR

2011 2012 2013 2014 2015

Population totale (millions)

1 652 1 675 1 698 1 721 1 744

Croissance démographique (% annuel)

1,4 1,4 1,4 1,4 1,3
RNB par habitant (méthode de l’Atlas, dollars courants)  1 318 1 417 1 454 1 496 1 533
Croissance du PIB par habitant (% annuel) 4,8 4,2 4,8 5,4 5,8
Population disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre (millions) 362 309 - - -
Espérance de vie à la naissance, femmes (années) 68 69 69 70 -
Espérance de vie à la naissance, hommes (années) 66 66 66 67 -
Taux d’alphabétisation des jeunes, filles (% de la population âgée de 15 à 24 ans) 79 79 79 79 -
Taux d’alphabétisation des jeunes, garçons (% de la population âgée de 15 à 24 ans) 87 87 87 87 -
Émissions de dioxyde de carbone (mégatonnes) 2 328 - - - -
SUIVI DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE (ODD)
ODD 1.1 Extrême pauvreté (% de la population disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre, PPA 2011) 22,2 18,8 - - -
ODD 2.2 Prévalence du retard de croissance, taille pour âge (% des enfants âgés de moins de 5 ans) - - - 37 -
ODD 3.1 Taux de mortalité maternelle (estimation modélisée, pour 100 000 naissances vivantes) 218 208 198 189 182
ODD 3.2 Taux de mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans (pour 1 000 naissances vivantes) 62 59 57 55 53
ODD 4.1 Taux d’achèvement des études primaires (% du groupe d’âge concerné) 90 91 - - -
ODD 5 Taux des femmes par rapport aux hommes (estimation modélisée de l’OIT, %) 39 39 39 39 -
ODD 5.5 Pourcentage de sièges occupés par des femmes dans les parlements nationaux (% du total) 20 20 20 19 19
ODD 6.1 Accès à l’eau potable (% de la population bénéficiant de l’accès) 90 91 91 92 92
ODD 6.2 Accès à des installations sanitaires de base (% de la population bénéficiant de l’accès) 41 42 43 44 45
ODD 7.1 Accès à l’électricité (% de la population) - 78 - - -
ODD 7.2 Consommation d’énergie renouvelable (% de la consommation énergétique finale totale) 42 41 - - -
ODD 17.8 Personnes utilisant Internet (% de la population) 9 12 14 19 24

Note : OIT = Organisation internationale du travail ; PPA = parité de pouvoir d’achat; - = indisponible. Consulter le site donnees.banquemondiale.org pour les données actualisées.
Bienvenue