Europe et Asie centrale

Image
la contraction de 0,1 % enregistrée en 2015. La croissance mondiale atone, l’incertitude suscitée par le référendum britannique sur la sortie de l’Union européenne, les tensions géopolitiques persistantes et la crise des réfugiés sont autant de facteurs qui freinent la reprise dans la région. En Eurasie, la faiblesse des recettes pétrolières et des envois de fonds depuis l’étranger continue de peser sur la croissance, après une contraction de 1,1 % en 2015.

Sur le plan de la réduction de la pauvreté, les importants acquis de la dernière décennie sont en train d’être perdus, et le partage de la prospérité est au point mort dans beaucoup de pays. Environ 14 % de la population de la région — soit plus de 66 millions d’habitants — vit en situation de pauvreté, dont près de 19 millions ont moins de 2,50 dollars par jour pour vivre, le seuil de pauvreté dans la région.

L’aide de la Banque mondiale

La Banque a approuvé une enveloppe de 7,3 milliards de dollars de prêts pour la région au titre de 42 projets durant l’exercice écoulé, dont 7,0 milliards de dollars de prêts de la BIRD et 233 millions de dollars d’engagements de l’IDA. La Banque a également signé 34 accords de services de conseil remboursables avec 9 pays pour un montant total de 34,1 millions de dollars. Ces accords portent notamment sur la fourniture d’une assistance technique pour la réforme des systèmes de santé et d’éducation, la gouvernance du secteur public et le renforcement des capacités institutionnelles, la planification et la gestion des investissements dans les infrastructures.

La stratégie définie pour la région a pour objectif d’aider les pays clients à s’adapter à la nouvelle réalité marquée par des vulnérabilités et des risques qui se multiplient. Dans cette optique, la Banque mise sur la stabilité macroéconomique et conseille sur les mesures à prendre face aux pressions sur le change ; elle travaille avec les pays sur les problèmes de déplacement forcé de populations et de diminution des envois de fonds ; elle dispense des conseils budgétaires aux clients pour financer des réformes clés ; elle appuie la mise en place de dispositifs de protection sociale ; et elle aide les pays à classer les investissements par ordre de priorité. Dans le même temps, la Banque continue d’aider à surmonter les difficultés structurelles et de long terme qui touchent la région.

Favoriser la résilience, la diversification et la compétitivité

Durant l’exercice écoulé, la Banque a investi dans la croissance macroéconomique, la bonne gouvernance, la compétitivité et la création d’emplois en Arménie, au Kazakhstan, en Pologne, en République kirghize, en Serbie et en Ukraine. Elle a également investi dans l’amélioration de la gouvernance du secteur public et dans la fourniture de services publics de qualité en Albanie, en Arménie, au Bélarus, à Moldova, en Ouzbékistan, en République kirghize, en Serbie et en Ukraine. Elle a contribué à promouvoir l’innovation, l’esprit d’entreprise et la croissance du secteur privé en Croatie et en République kirghize, à améliorer l’accès à des services financiers pour les très petites, petites et moyennes entreprises en Turquie, et à développer des services touristiques compétitifs en Géorgie et dans l’ex-République yougoslave de Macédoine. Des programmes financés par la Banque se sont employés à améliorer la résilience et l’efficience du secteur financier et des systèmes bancaires en Bulgarie, au Kazakhstan, en République kirghize et en Ukraine, et ont aidé l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’ex-République yougoslave de Macédoine, la Géorgie, le Kazakhstan, Moldova et l’Ukraine à moderniser et développer leurs infrastructures de transport afin de favoriser la croissance, les interconnexions et la compétitivité.

La Banque a apporté des conseils et fourni des services d’analyse dans les domaines du climat de l’investissement et des affaires en Espagne, en Fédération de Russie, en Grèce, au Kazakhstan, en Pologne, en République kirghize et en Roumanie ; de l’efficience des finances publiques et du secteur public en Albanie, en Arménie, au Kazakhstan, en ex-République yougoslave de Macédoine, en Ouzbékistan, en Pologne, en République kirghize, en Roumanie et en Serbie ; et du commerce et de la compétitivité au Kazakhstan, en République kirghize, en Russie, au Turkménistan et dans les pays des Balkans occidentaux.

La Banque publie des analyses macroéconomiques et des recommandations sectorielles dans ses rapports économiques périodiques sur de nombreux pays de la région. La dernière édition du rapport économique sur la Russie intitulé Russia Economic Report: The Long Journey to Recovery a mis l’accent sur les enjeux de la diversification économique en Russie, tandis que celui sur  l’Europe du Sud-est, South East Europe Regular Economic Report Special Topic: The Impact of Aging on Economic Growth a analysé l’impact du vieillissement sur la croissance économique dans les pays des Balkans occidentaux.

Développer le capital humain et favoriser l’inclusion

La Banque travaille avec les pays clients à concevoir et mettre en œuvre des réformes destinées à améliorer l’efficience et la viabilité budgétaire de leurs systèmes de retraite, de protection sociale, d’éducation et de santé. Durant l’exercice écoulé, elle a aidé les responsables politiques à améliorer les systèmes de santé au Kazakhstan et les systèmes éducatifs au Kosovo et en Ouzbékistan. Elle a dispensé des services d’analyse et de conseil en vue d’améliorer l’efficience et la viabilité budgétaire des systèmes de retraite en Albanie, en Arménie, en Azerbaïdjan, dans les Balkans occidentaux, en Géorgie, en Hongrie, au Kazakhstan, en Pologne et en Russie, et d’améliorer les systèmes de protection sociale en Grèce, au Kazakhstan et en Ouzbékistan.

Pendant l’exercice écoulé, la Banque a publié un ouvrage sur les Roms intitulé Being Fair, Faring Better: Promoting Equality of Opportunity for Marginalized Roma. Elle y montre comment les pays d’Europe centrale et orientale peuvent promouvoir l’égalité des chances pour les Roms marginalisés.

Soutenir l’adaptation au changement climatique et l’efficacité énergétique

L’adaptation au changement climatique et l’efficacité énergétique demeurent des priorités stratégiques pour l’Europe et l’Asie centrale, la région du monde la plus consommatrice d’énergie. La Banque a dispensé des conseils sur les réformes qui permettraient d’accroître l’efficacité énergétique en République kirghize, dans l’ex-République yougoslave de Macédoine et dans les pays membres de l’Union européenne. Elle a apporté son concours à la gestion des inondations en Pologne et fourni des investissements et des services d’analyse afin d’améliorer la résilience face aux aléas climatiques en Asie centrale, dans les Balkans occidentaux et en Roumanie.

Plus d’informations : Page d’accueil de la Région Europe et Asie centrale de la Banque mondiale (a) »

Renforcer la résilience après les inondations en Bosnie-Herzégovine

À Prud, un village situé dans le nord de la Bosnie-Herzégovine, Dragan Petric et ses voisins n’ont que leurs lopins de terre pour vivre. Ils élèvent de la volaille et du bétail et cultivent des fruits et des légumes pour nourrir leurs familles. Une nuit de mai 2014, la famille de Dragan s’est réveillée avec plus d’un mètre et demi d’eau et de boue dans leur maison. La Save coule non loin de chez eux et était sortie de son lit après des jours de pluies diluviennes sans précédent, causant d’immenses dégâts aux maisons, aux meubles et aux véhicules, détruisant des routes et des ponts, et submergeant leurs terres.

Après la décrue, les autorités locales ont apporté une aide d’urgence aux habitants victimes des inondations. La Banque mondiale a contribué à cet effort en débloquant 100 millions de dollars du Projet de redressement d’urgence suite aux inondations afin d’aider les populations des zones touchées par les crues à retrouver leur situation antérieure. Grâce à cette aide, Dragan a reçu un nouveau tracteur — un équipement essentiel à la subsistance de sa famille — pour remplacer celui perdu lors des inondations destructrices de 2014.

Deux ans après le démarrage du projet, quelque 150 000 personnes avaient bénéficié de la remise en état d’infrastructures, et environ 100 000 personnes avaient reçu des matériaux de construction, des biens et du matériel agricoles, et d’autres biens de premier secours. Le Projet de redressement d’urgence suite aux inondations, qui comporte de nombreux sous-projets en cours destinés à reconstruire les infrastructures locales et régionales touchées, devrait atteindre son objectif de porter secours à 300 000 habitants des zones ravagées par les inondations en Bosnie-Herzégovine. 

ENGAGEMENTS ET DÉCAISSEMENTS RÉGIONAUX POUR LES EXERCICES 14-16

  ENGAGEMENTS (MILLIONS DE DOLLARS) DÉCAISSEMENTS (MILLIONS DE DOLLARS)
  Ex. 14 Ex. 15 Ex. 16 Ex. 14 Ex. 15 Ex. 16
BIRD   4 729   6 679   7 039   6 536
  5 829   5 167
IDA   798   527   233   519   314   365
Note : Portefeuille de projets en cours d’exécution au 30 juin 2016 : 27,2 milliards de dollars.

 


Image

Image
 

INDICATEUR

2011 2012 2013 2014 2015

Population totale (millions)

401 404 406 409 411

Croissance démographique (% annuel)

0,6 0,6 0,6 0,6 0,6
RNB par habitant (méthode de l’Atlas, dollars courants)  7 887 8 933 9 717 9 607 8 226
Croissance du PIB par habitant (% annuel) 4,7 2,2 2,0 0,9 -1,2
Population disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre (millions) 11,4 10,1 - - -
Espérance de vie à la naissance, femmes (années) 76 76 76 76 -
Espérance de vie à la naissance, hommes (années) 67 67 68 68 -
Taux d’alphabétisation des jeunes, filles (% de la population âgée de 15 à 24 ans) 99 99 99 99 -
Taux d’alphabétisation des jeunes, garçons (% de la population âgée de 15 à 24 ans) 100 100 100 100 -
Émissions de dioxyde de carbone (mégatonnes) 3 208 - - - -
SUIVI DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE (ODD)
ODD 1.1 Extrême pauvreté (% de la population disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre, PPA 2011) 2,4 2,1 - - -
ODD 2.2 Prévalence du retard de croissance, taille pour âge (% des enfants âgés de moins de 5 ans) - - - 10 -
ODD 3.1 Taux de mortalité maternelle (estimation modélisée, pour 100 000 naissances vivantes) 28 26 26 25 25
ODD 3.2 Taux de mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans (pour 1 000 naissances vivantes) 24 23 22 21 21
ODD 4.1 Taux d’achèvement des études primaires (% du groupe d’âge concerné) 100 99 100 - -
ODD 5 Taux des femmes par rapport aux hommes (estimation modélisée de l’OIT, %) 73 73 73 72 -
ODD 5.5 Pourcentage de sièges occupés par des femmes dans les parlements nationaux (% du total) 16 17 18 18 18
ODD 6.1 Accès à l’eau potable (% de la population bénéficiant de l’accès) 95 96 97 97 97
ODD 6.2 Accès à des installations sanitaires de base (% de la population bénéficiant de l’accès) 85 85 86 86 86
ODD 7.1 Accès à l’électricité (% de la population) - 100 - - -
ODD 7.2 Consommation d’énergie renouvelable (% de la consommation énergétique finale totale) 6 6 - - -
ODD 17.8 Personnes utilisant Internet (% de la population) 41 49 53 57 60
Note : OIT = Organisation internationale du travail ; PPA = parité de pouvoir d’achat; - = indisponible. Consulter le site donnees.banquemondiale.org pour les données actualisées.
Bienvenue